Scroll to top

UFM de Langues


Université de Toulouse le Mirail

category: Finalist Projects

UFM de Langues

Ce projet de 1% artistique ne se limite pas au seul bâtiment de l’UFM de Langues, mais prend volontairement en considération l’ensemble du Campus. Il cherche à créer le lien entre l’ancien et le futur, à mettre en valeur le patrimoine de Candilis et sa relation au nouveau schéma directeur du campus de l’Université Toulouse le Mirail.
Prenant en considération l’ensemble du Campus, l’œuvre permettra la matérialisation de repères de circulation des étudiants ainsi qu’un point de rencontre reliant l’architecture aux populations de l’Université.
Par sa conception, ce projet crée la liaison progressive entre l’horizontalité du projet Candilis et la verticalité des bâtiments nouveaux et futurs.

Sur le plan de masse du projet de Candilis, nous constatons que les circulations entre les différents pôles de l’université sont basées sur un schéma orthonormé (horizontales et verticales à intervalle régulier).
Or, ayant été moi-même étudiant dans cette université, j’ai pu constater qu’une diagonale est venue s’immiscer naturellement dans cet urbanisme parfaitement rangé.
En effet, de nombreux étudiants traversent le terre-plein à l’entrée de l’université pour rejoindre plus rapidement les circulations situées à l’extrémité du Campus. Par leurs va-et-vient quotidiens, les étudiants ont tracé au sol, au fur et à mesure de leur passage dans l’herbe, une diagonale en totale rupture avec le projet d’urbanisme de Candilis.
Il me semble intéressant de réintroduire cette diagonale dans le schéma directeur des circulations piétonnes et d’y créer un point de rencontre. Point de rencontre entre les étudiants, mais aussi entre les étudiants, le projet Candillis et la nouvelle architecture.
En légitimant cette diagonale, on permet la création d’un flux de circulation des populations de l’université en forme d’entonnoir marqué par la contre diagonale formée par le projet d’Arche de Cardete & Huet dans les années 90.
De ce point de rencontres que je nomme le « cube », s’étend ce que j’appelle les « vecteurs » qui forment le lien avec le bâtiment de l’UFM de Langues.
Ces « vecteurs » ont deux fonctions :
- Ils déterminent le lien entre les anciens bâtiments et le nouveau, ainsi que le passage de l’horizontal au vertical.
- Fonctionnant tels les clochers d’églises en leurs temps, ils servent de points de repère verticaux à la circulation des étudiants.

L’ensemble de mon intervention utilise le béton, matériaux référent du projet Candilis et toujours utilisé aujourd’hui dans les nouvelles constructions.
L’utilisation du béton dans mon projet permet de créer une liaison temporelle entre le projet historique et le devenir de la Faculté, le tout avec une parfaite intégration de l’œuvre à l’ensemble architectural.
L’œuvre devient un liant progressif entre les anciennes et les nouvelles constructions.

A - Le cube :
Par sa dimension de 6 x 6 x 6 mètres, ce cube représente l’unité 1 de l’ensemble architectural de Candilis et rend hommage à celui-ci. L’urbanisation de l’Université de Toulouse le Mirail a été créée sur une base de modules de 6 x 6 mètres, autant sur l’horizontalité que sur la verticalité puisque les points culminants du projet originel sont en R+1.
La base du cube construit sur sa moitié en béton (soit une hauteur de 3 mètres), s’harmonise avec la rythmique donnée par les travées des galeries de circulation (espacement des poteaux de 6 mètres sur une hauteur de 3 mètres). Cette base de béton symbolise le concret et le lien à l’architecture environnante.
La partie supérieure du cube est réalisée en tiges de ferraillage laissant entrevoir un aspect non-fini, en cours de construction, qui symbolise un futur virtuel (référence au dessin 3D filaire informatique).

Par son implantation, sa dimension, son orientation et sa réalisation, le cube fait référence non seulement à l’histoire constructive de l’université mais aussi à l’histoire appropriative que les utilisateurs en ont faite.
Le cube devient le point de convergence entre le passé, le présent et le futur.

B & C – Les vecteurs :
Les vecteurs sont construits sur une base de 45 x 45 cm tout comme les colonnes du cube.
Ces dimensions ont une correspondance avec les poteaux de fondation du projet de Candilis.

  • Date

    2012 projet finaliste

  • Localisation

    Toulouse, France

  • Commanditaire

    Région Midi-Pyrénées

inherit1